Archipel des Kerguelen

image_pdf
Email This Page
Le 12 février 1772, dans le sud de l’océan Indien, Yves-Joseph de Kerguelen de Tremarec aperçoit une terre où il croit voir le continent Austral, et lui donne le nom de “France australe”. Il fait débarquer un marin pour prendre possession du territoire au nom du roi. Il s’agit en fait des îles Kerguelen qui seront nommées ainsi par James Cook en 1776.

Sub-Kerguelen-Science-SoleneLEBRETON-2014-IPEV-3Le début du 19e siècle est marqué par de nombreux séjours de chasseurs de phoques, la plupart britanniques, ainsi que de rescapés de naufrages, fréquents autour de l’archipel. Prévenu de certaines prétentions britanniques et australiennes, le gouvernement français ordonne la prise de possession officielle des îles Kerguelen. Le 1er janvier 1893, l’aviso l’Eure effectue une première prise de possession officielle en Baie de l’Oiseau. Le 7 janvier, une nouvelle cérémonie est faite à Port-Gazelle et un dépôt de vivres pour naufragés y est déposé.

Un décret du gouvernement français du 21 novembre 1924 rattache les îles Crozet, Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam au district des ” îles éparses ” dépendant de la province de Tamatave à Madagascar, colonie française à l’époque. Puis, en 1955, elles deviennent un district des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF) et forment ainsi un nouveau Territoire d’Outre-Mer (TOM).

On y importe à partir de 1955 des machines mises au point en Australie destinées à l’ usine phoquière qui sera construite en 1957 pour le compte de la Société industrielle des abattoirs parisiens (Sidap). L’usine fermera dans les années 1960. Le matériel ne sera rapatrié à la Réunion qu’en 2005 à la suite d’un don de la famille Péchenart.

Placé dans la zone subantarctique, le climat de Kerguelen, de type océanique froid, est rude en raison de la présence d’eaux froides venant de l’Antarctique, avec de la pluie ou de la neige pendant la majeure partie de l’année ; les étés sont sans chaleur et les hivers doux. Le vent d’ouest souffle continuellement (35 km/h en moyenne), l’archipel se trouvant dans les ” Cinquantièmes Hurlants “. Il dépasse fréquemment les 150 km/h, avec des pointes à plus de 200 km/h. La température moyenne annuelle est peu élevée (4,5°C), d’amplitude faible (entre 0 et 10°C). Les extrêmes absolus, mesurés entre 1951 et 1985, sont de -9,4°C en juin et +23,1°C en avril. Les précipitations sont relativement faibles (850 mm) si l’on considère leur fréquence élevée (246 jours).

Sub-Kerguelen-Science-FrancoisNAURET-2009-IPEV-135L’archipel des Kerguelen, vieux de 50 millions d’années (MA), représente une des émergences du plateau des Kerguelen dont la mise en place débute au Crétacé inférieur (-120 MA) lors de la dislocation du Gondwana (Inde/Australie/Antarctique). Il résulte d’un magmatisme généré conjointement par un point chaud et par la ride océanique est-indienne qui sépara le plateau en deux entités, l’une (Broken Rodge) migrant vers le nord-est, et l’autre (plateau de Kerguelen) migrant vers le sud-ouest en s’éloignant de l’influence de la ride. C’est donc au point chaud, actuellement éteint ou en voie d’extinction, que l’on doit les dernières manifestations volcaniques datées à une trentaine de milliers d’années, mais dont certaines pourraient être bien plus jeunes encore. Ce plateau est le second plus grand plateau océanique du monde : il mesure au moins 2.200 km de long et 400 à 500 km de large. Ce sont les glaciers du Quaternaire qui ont façonné la morphologie actuelle des îles qui ont le record mondial de longueur de côtes par rapport à la surface. Ils ont creusé de longues et profondes vallées en auge dont de nombreuses ont été envahies par la mer (fjords). Depuis plusieurs dizaines d’années, ces glaciers régressent.